Un grand chantier est en branle depuis mars dernier afin de réfléchir à la protection des terres à vocation agricole de l’archipel madelinien. La Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine a mandaté les organisations agricoles du milieu pour la réalisation d’un portrait sur l’utilisation des terres. Des consultations à Cap-aux-Meules les 23-24 et 25 mars dernier ont permis d’obtenir les commentaires de 16 entrepreneurs agricoles et de nombreux aspirants producteurs. Chacune des zones identifiées comme agricole au niveau du schéma d’aménagement actuellement en vigueur ont fait l’objet de vérifications. Tous les commentaires ont été couplé dans un système d’information géographique afin d’obtenir un portrait complet.

Les intervenants ont également profité de l’occasion afin d’en apprendre davantage sur l’étendue des parcelles cultivées à l’extérieur des secteurs agricoles, les enjeux de la cohabitation et ceux vécus par les diverses production présentes sur le territoire.

Ces commentaires, mis en page dans un rapport, ont permis l’adoption d’un règlement transitoire au début du mois de mai en attendant l’adoption d’un nouveau schéma d’aménagement dans les prochains 12 à 18 mois par la Communauté maritime. Le présent règlement met sur pause la construction de résidences dans les zones forestières et agricoles sur l’ensemble de la municipalité des Îles-de-la-Madeleine, avec une exception pour la municipalité de Grosse-Île qui est exclu du moratoire de par sa réalité différente. Soulignons que la construction liée à un projet agricole reste possible, malgré l’adoption du règlement.

 

Des suites sont à prévoir dans le dossier, notamment pour la formulation de recommandations à la municipalité afin de maximiser la pérennité de son territoire agricole. Un portrait des retombées économiques découlant des activités agricoles est en cours d’élaboration. La participation des entrepreneurs agricoles sera primordiale afin d’avoir des données reflétant l’apport réel de ce secteur à l’économie de l’archipel.

 

Soulignons que le présent chantier se fait en concertation avec plusieurs intervenants du milieu, soit la direction régionale du MAPAQ, Le Bon Goût Frais des Îles, le Syndicat local des Îles-de-la-Madeleine et la Fédération régionale de l’UPA Gaspésie – Les Îles.